•  

    CHANTEURS DE MAICHANTEURS DE MAI

    CHANTEURS DE MAI

     

    La chanson du Mai est une coutume de la Montagne qui se perd dans la nuit des temps. " On a toujours chanté le mai !" En tout cas, nos plus anciens chanteurs de mai (qui frisent ou dépassent allègrement leur 80 printemps) se souviennent que leurs parents et leurs grands-parents le chantaient aussi, ce qui nous amène à la fin du 19ème siècle et aux années 1900 . Un peu plus tard, c'était la fête du joli Mai continuant une invariable tradition de chanter le renouveau printanier. Pour le premier mai, à la nuit tombante, les jeunes gens se groupaient en bandes joyeuses et partaient de village en village, chantant à pleine voix dans les chemins creux embaumés d'aubépine. Ils s'arrêtaient aux maisons habitées par des jeunes filles et leur offraient une sérénade. L'aboi rauque des chiens dénonçait leur passage ; la vielle nasillait ; les voix juvéniles, maladroites, mais chaudes, montaient dans le silence nocturne, vers une fenêtre entrebâillée où se penchait une silhouette fugitive. Le chant terminé, une porte s'ouvrait, puis une autre, et les familles ainsi honorées d'un concert, apportaient le mai, quand s'éteignait la dernière note du chant traditionnel: Oh! levez-vous, mignonne, Apportez-nous le mai. On leur donnait des provisions de tous genres, surtout du lard et des œufs, qui permettaient, le dimanche suivant, de faire une omelette monstre, avec un copieux arrosage du petit vin des coteaux de Renaison, le vin de la Côte, comme on l'appelait chez nous, le seul qu'on bût alors dans la Montagne. La chanson du mai avait donc à l'époque une double fonction: celle ludique, de fêter l'arrivée des beaux jours, et celle plus sociale, de présenter les filles à marier aux garçons du village et d'entamer les négociations pour la dot (il suffit, pour s'en convaincre de lire attentivement les paroles de la chanson) Il semblerait qu'il existait à cette époque une deuxième chanson du mai, (ce qui permettait aux chanteurs amateurs d'accomplir un mini tour de chant) et qui commençait comme cela: Voyez tous ces bons vieux, Qui sont au coin du feu Qui fument leurs cigarettes, Joli mois de mai rempli de merveilles Voyez toutes ces bonnes vieilles Qui reprisent les chaussettes… (la suite est pour l'instant perdue elle aussi dans la nuit des temps…)

     

    CHANTEURS DE MAI

     

    CHANTEURS DE MAI

     

     

    Durant l'entre deux guerres, de nombreux groupes de chanteurs de mai sillonnaient la Montagne  , parfois accompagnés d'un vielleux ou d'un accordéoniste. dans les années 60, garçons et filles du bourg, n'hésitaient pas à sillonner à pied le bourg et ses hameaux . Ces groupes, d'une vingtaine de chanteurs, s'accompagnaient à l'harmonica ou à la guitare, et, partis vers 21h, ne rentraient qu'à 5h le lendemain, après avoir parcouru pas loin de 20 km . Les excédents d'œufs étaient parfois donnés au boulanger qui accomplissait le miracle de la transformation de la nourriture en boisson.

    Certains jeunes des villages , n'hésitèrent pas à tenter l'aventure dans les années 70, élargissant leur champ d'action jusque dans la Loire, mais la méconnaissance des lieux les fit parfois chanter devant des maisons désespérément closes (et pour cause, car résidences secondaires inoccupées).

    Dans les années 80-90, la tradition perdit peu à peu de sa vigueur, causée en grande partie par le dépeuplement et la diminution considérable des jeunes. Certains firent le circuit en voiture, mais l'ambiance n'était pas la même.

    Dans les années 90, certains habitants  essayèrent de renouer avec la tradition: des enfants accompagnés par leurs parents allaient en voiture dans les hameaux puis se déplaçaient à pied et en chantant devant chaque maison.

    Dans les années 2000, quelques groupes d'adolescents ont pris ponctuellement la relève en chantant tout ou partie de la chanson dans quelques maisons.

    CHANTEURS DE MAI

     

    CHANTEURS DE MAI

     

    Partager via Gmail




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique